Texte de Christiane Laforge

Lu à la présentation de Pierre Dumont

au Gala de l’Ordre du Bleuet, le 3 juin 2017



Pierre Dumont a été aux arts ce que le bois est au feu. Il a nourri de lui-même le savoir et la créativité, pour que les esprits s’enflamment et diffusent à leur tour la chaleur bienfaisante qui rassemble. Feu de forge où se débattent les idées les plus audacieuses, forgeant le fer de lance d’une société artistique dont le dynamisme éclate sur plusieurs continents. Pierre Dumont transcende la quête du langage sous toutes ses formes, l’insoumission au dogmatisme académique, la liberté créatrice.

À l’occasion d’une grande exposition rétrospective, présentée au Centre national d’exposition de Jonquière en 2016, sa compagne de vie, Odette Bergeron, synthétisait — si seulement cela est possible — la marche de cet artiste, disant : « On peut affirmer que Pierre a développé au cours de ses années de création une méthode de travail fondée sur l’absence de méthode précise. Entouré de ses matériaux, il poussait son imagination comme la Pierre de Sisyphe vers l’accomplissement. Il aimait associer les choses hétéroclites pour créer l’inattendu (l’oxymore), cela dans l’obstination. Puis de là, la pensée lui venait. »

Né à Kénogami le 14 novembre 1951, Pierre a des racines bien incrustées dans l’univers des arts. Son grand-père maternel, Pitre-Élie Tremblay, transforme sa cour en zoo de bois récupérés pour leur forme animale. Son père, André, machiniste et contremaître est un bricoleur et collectionneur de fossiles. Sa mère, Valette, commissaire d’école, couturière et aquarelliste l’inscrit très jeune au cours de peinture donnés dans le sous-sol légendaire de Pierrette Gaudreault qui sera la fondatrice de l’Institut des arts au Saguenay. Il compose ses premières chansons sur sa guitare vers l’âge de12 ans, il fait partie d’un quatuor de musique à 13 ans et prend conscience de sa vocation artistique parmi les scouts musiciens. Il initie ses frères Robert et Mario et sa sœur Linda aux arts. Évoquant le passé, Robert raconte : « Il nous a donné le goût de créer, de faire et de défaire. Il nous a permis de participer à ses rêves, nous a donné le goût d'en avoir aussi. »

Enfant, il détestait l’école. Adolescent, il rêvait de quitter à jamais Jonquière, fantasmant sur New York. En 1974, il termine avec succès son baccalauréat en sculpture à l’Université Laval et, l’année suivante, se retrouve au Cégep de Jonquière pour y enseigner les arts plastiques. Heureux élèves! Pierre Dumont est un explorateur né, fuyant les chemins tracés sinon pour aller encore plus loin et découvrir l’inattendu qui le mettra au défi. Entendre le silence des pierres, extraire de la forme première une vision cachée, oser un son méconnu pour trouver de nouvelles harmonies. Tout cela anime l’artiste qui enseigne avec le sentiment qu’il apprend de ses élèves.

« J'aime le milieu de l'enseignement. J'aime le travail d'atelier et les jeunes me passionnent. Avec eux, je ne ressens pas l'angoisse du tableau blanc. Ils nous obligent à l'authenticité. Ils nous font voir que l'on connaît le langage, mais pas le sens du langage », m’a-t-il un jour confié.

Le collège et son atelier du Lac-Kénogami sont lieux de communication et de création. Mais la fougue de Pierre Dumont explose autour de lui. En 1975, avec Jean-Pierre Bouchard, il fonde le CEMMA, Centre d’expérimentation musique de la Maison de l’Arche qui deviendra, pour l’une La Galerie de l’Arche et pour l’autre le Centre d’expérimentation musicale, auquel se joindront Claude Fradette et Alain-Arthur Painchaud. Une quarantaine d’artistes fréquentaient la galerie de l’Arche, les uns se produisant sur scène, les autres exposant aux cimaises des deux étages. Il y avait un café, un ciné-club et les poètes se succédaient sur la scène. Quant au CEM, il est à l’origine du Festival des musiques de création du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui ne cesse de s’internationaliser depuis 1989. Pierre en a assumé la direction artistique jusqu’en 2009.

En 1997, avec Claude Lamarche, Gérald Savard, Carol Dallaire et Daniel Dutil, il crée Médium Marge dans le but de diffuser leurs œuvres, ainsi que celles des jeunes de la relève.

Plusieurs fois boursiers du Conseil des arts et lettres du Québec, outre plusieurs expositions collectives et évènements, il a tenu près d’une vingtaine d’expositions individuelles au Saguenay comme à Montréal, dont les plus célèbres ont été La vie silencieuse des pierres, Les porteuses d’Ô, Le travail des bêtes, Le répertoire d’Icare. Il y a aussi Les outils de Dédale que décrit Yvon Paré en ces termes : « Des constructions où l'équilibre se fait essentiel. Un échange entre la verticalité et l'horizontalité, les surfaces et la profondeur suggérées par des matériaux ou un travail à l'huile. Comme si Pierre Dumont ouvrait des fenêtres pour nous pousser dans des imaginaires où tout peut survenir. Parce que s'attarder devant une pièce de Dumont, c'est se livrer à un conteur particulièrement volubile. Il sait faire parler la matière, la transformer, en révéler la poésie dans un chant original. » Sa dernière sculpture, Table d’Ô, fut inaugurée au parc Jean-Allard de Jonquière après sa mort, survenue le 23 mai 2011. À deux jours près, le mois précédent, il lançait son livre Le son des choses, relatant sa démarche d’artiste.

Membre actif et administrateur du Café-Théâtre Côté-Cour ainsi que de la Maison d'animation sociale et culturelle de Jonquière pendant un temps, Pierre Dumont a participé aux tables disciplinaires du Conseil régional de la culture, à l'élaboration de la politique du développement culturel de la ville de Jonquière et à la mise en place du Conseil des arts de la ville de Saguenay. Un engagement et une contribution artistique qu’ont honorés Le Conseil des arts et lettres du Québec en lui remettant le Prix de la création artistique pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean en 2010 ainsi que le Conseil régional de la Culture avec le Prix Contribution 2012.

Le nombre de performances musicales et évènements multidisciplinaires auxquels il a participé témoignent de sa polyvalence et de son talent, sans oublier ses créations musicales et ses bandes sonores pour la danse, le théâtre et le cinéma. Il aime les instruments ethniques et travaille pendant 7 ans avec Ganesh Annandan, musicien indien. Plus attiré par Ray Charles, le gospel, Ravi Shankar ou Léo Ferré que le rock américain, il fabrique ses propres instruments.

Artiste doué, raffiné, il a extrait de la matière les plus subtils langages et transmis aux sons les vibrations qui l'animaient. Pour de nombreuses œuvres, il utilisait les rebus naturels, voulant donner une troisième vie aux objets morts. Leur conférant, en quelque sorte leur immortalité. Conjurer la finalité, survivre à la mort.

Ce soir, à l’égard de ce géant, c’est bien cela que nous voulons réussir.


Le 3 juin 2017


PIERRE DUMONT


Artiste multidisciplinaire, cofondateur du Centre d’expérimentation musicale, rassembleur et grand transmetteur du savoir artistique


fut reçu Membre de l’Ordre du Bleuet

à titre posthume

samedi 10 juin 2017

MEMBRE DE L'ORDRE DU BLEUT, PIERRE DUMONT DE NOUVEAU HONORÉ

 Odette Bergeron reçoit le certificat d'honneur dédié à Pierre Dumont, 
nommé Membre de l'Ordre du Bleuet à titre posthume, 
des mains de Gatien Moisan, artiste en arts visuel, 
Membre de l'Ordre du Bleuet reçu en 2015.


sous la signature de Daniel Côté, responsable de la section des arts. 


Il est rare de voir des oeuvres d'art aussi étroitement maillées à un bâtiment public, un phénomène d'autant plus étonnant que dans le cas qui nous occupe, celui de deux tableaux de Pierre Dumont intitulés Les Rangements, l'étape de la création a précédé celle de la construction. C'est pourtant ce qu'on a pu constater mercredi, alors qu'une brève cérémonie a officialisé la présence permanente de l'artiste au sein de la bibliothèque municipale de Jonquière.


Six années se sont écoulées depuis le décès de cet homme qui fut aussi un musicien audacieux, en même temps que le fondateur de plusieurs institutions culturelles. Comme l'a mentionné la conseillère municipale Sylvie Gaudreault lors de son allocution, il était naturel que sa mémoire soit perpétuée dans ce lieu. « Ça me touche qu'on ait placé les oeuvres entre deux fenêtres donnant sur le mont Jacob », a-t-elle mentionné.

L'allusion au Centre national d'exposition, ainsi qu'à la Salle Pierrette-Gaudreault, était transparente. On y a montré ses tableaux et présenté d'innombrables spectacles dans le cadre du Festival des musiques de création, dont il fut l'âme pendant si longtemps. Ajoutons que la bibliothèque se trouve à deux pas du Côté-Cour, autre repaire des festivaliers, et que Pierre Dumont a joué à la Place Nikitoutagan, ce bel espace malheureusement remplacé par la salle du même nom.

Odette Bergeron, qui fut sa complice dans le cadre de tant de projets, a participé à la sélection des tableaux. On la sentait émue, elle aussi, à l'idée qu'une bibliothèque porte la trace de son compagnon parti cruellement tôt. « Pierre aurait été fier que ses oeuvres soient vues dans ce lieu magnifique, fréquenté par des gens qui cherchent l'inspiration. Merci à ceux qui savent rêver encore », a-t-elle énoncé.

Le lien entre les tableaux et la bibliothèque est facile à tracer, puisque chacun d'eux laisse voir des lettres semblables à des caractères d'imprimerie. Faits de matériaux recyclés, jumelés à des motifs peints à l'huile, ils illustrent l'un des traits distinctifs de l'artiste, pour qui même le matériau le plus modeste méritait considération.

Il laissait également planer une part de mystère dans ses oeuvres, ouvertes à diverses interprétations. Ainsi remarque-t-on des motifs émergeant du fond du tableau, faisant penser aux traces que laissent les fossiles sur une roche. On songe aussi à la terre jonquiéroise, celle que les colons ont défrichée, puis cultivée, peut-être même dans le voisinage. Toutes les hypothèses sont désormais valides, maintenant que l'esprit de Pierre Dumont rayonne à l'intérieur de la bibliothèque.



Pierre Dumont a été reçu Membre de l'Ordre du Bleuet le 3 juin 2017 à titre posthume





dimanche 4 juin 2017

INVITATION AU DÉVOILEMENT DE DEUX ŒUVRES DE PIERRE DUMONT








Une autre occasion de garder vivace le souvenir de Pierre Dumont
qui a été reçu Membre de l'Ordre du Bleuet le 3 juin 2017

samedi 3 juin 2017

SE SOUVENIR DE PIERRE DUMONT

  


Un diaporama

pour se souvenir de

PIERRE DUMONT

à venir après le gala du 3 juin 2017
        

POURQUOI L'ORDRE DU BLEUET

L'intensité et la qualité de la vie culturelle et artistique au Saguenay-Lac-Saint-Jean est reconnue bien au-delà de nos frontières. Nos artistes, par leur talent, sont devenus les ambassadeurs d'une terre féconde où cohabitent avec succès toutes les disciplines artistiques. Cet extraordinaire héritage nous le devons à de nombreuses personnes qui ont contribué à l'éclosion, à la formation et au rayonnement de nos artistes et créateurs. La Société de l'Ordre du Bleuet a été fondée pour leurs rendre hommage.La grandeur d'une société se mesure par la diversité et la qualité de ses institutions culturelles. Mais et surtout par sa volonté à reconnaître l'excellence du parcours de ceux et celles qui en sont issus.